Que reste-t-il ?

Les eaux de l’océan emportent-ils nos rêves dans l’oubli ? Tous ce que nous avons vécu partirait en fumée, nous ne serions qu’un songe qui s’évanouit comme un fantôme ayant eu l’illusion d’exister quelques instants, noyés dans les infinis obscurs des univers, et de l’abîme sans fond. Alors, face à se sentiment d’absurdité les hommes se consacrent à leur chaîne, s’acharnent à leur œuvre, puisqu’il n’y a pas d’autre issue que ces temps présents qui marquent quelque chose.

Tel peintre nous ouvre la fenêtre sur l’horizon de ses désirs, telle musique nous emporte vers des cieux ou des enfers, et nous dessinent les mondes inconnus, le poète crie son désarroi, ou son amour et tout le monde dans sa solitude singulière s’ouvre la voie. Nous subissons certainement les conditions du monde, plus grand que nous, mais nous pouvons aussi dans ce monde créer notre paradis ou notre enfer, c’est selon. Et partant de là, l’offrir aux enfants. dont on est sûr qu’ils doivent devenir un jour adultes, et se prendre en charge, se tenir debout.

%d blogueurs aiment cette page :