Tohu Bohu

Échouer si près du but, ce serait horrible.

Le but ? Tout le monde semble si buté.

Oui, tout le monde campe sur ses positions. Personne ne lâche du lest. Les uns s’agrippent à leur étoile, les autres à leur classe ou leur caste, un autre fixe la croix ou psalmodie des chants assassins. Bref, le monde se dévore au nom d’un même Dieu que personne ne voit plus ou n’a jamais vu. Et pour cause. Comme tout le monde, il fuit les lieux maudits.

Personne ? Si, tout de même, mais ce n’était pas des hommes ordinaires et on ne les a pas compris. On a fondé des religions qui par leurs mots, obligatoirement furent en opposition les uns les autres .

L’opposition, la différence, qui devaient enrichir la connaissance sont venues faire obstacle à la compréhension et finalement nous montrent une chose : la faillite des hommes livrés à leur seul jugement .

Qu’est-ce que cela signifie ? C’est simple. Tout est lié. Le jugement, le regard de l’un est fonction du regard de l’autre et tout être est lié. Il appartient à la vie. Étant coupé, il appartient à la mort.

Entendez-vous ?!

Si vous vous entendez, vous entendez le nom du Dieu de l’autre, de même le vôtre. Sinon, même celui-ci vous laissera tomber. Il peut ça. Et vous passerez inaperçu .

Dieu partagé. Terre partagée. C’est la justice.

La guerre, comprend qui veut, c’est le chant du tréfonds , des entrailles de la Terre. Ce n’est pas à voir sous l’écorce terrestre , mais dans le fond sub-matériel, inférieur, les enfers. La guerre et la sexualité ont une base viscérale identique. Mars et Vénus .

Rien à craindre des enfers. Suffit de ne pas accorder une importance exagérée à leur voix.

Et surtout tourner son regard vers le haut, ainsi tout enfer est sans effet.

Ceux, qui comme Orphée, jésus, etc. les ont franchi ont accompli leur travail salvateur.

L’humanité « ordinaire », non spécialisée, non initiée ou non informée n’a pas à y aller. Si elle y tombe, y succombe, atrocement, sans que ce soit de sa faute, elle sera toujours délivrée. Les humains normaux n’ont donc pas à s’en pré-occuper.

Il suffit qu’elle vive sur terre la loi d’amour.(ex: Jésus ) qu’elle respecte la loi humaine si elle ne contrarie pas la loi divine, (ex : Moïse), qu’elle vive l’Esprit de la Lettre des textes sacrés de partout.

Et connaisse le chant du Tohu-Bohu .C’est la voix de la Terre ; et si vous aimez la musique, il y a un chant aborigène d’australie qui fait « chanter » ce MOT à leur instrument ; comme quoi, il n’y a pas que chez les hébreux qu’est apparue la « notion de chaos « .

Le but ? C’est un bon début : tou-bou. Tout de boue… alors debout… par les deux bouts … « parle debout » …

Petites réflexions à propos des buildings, des lois, de la marche anachronique

Les buildings qui grimpent là-haut expriment tout de même un certain savoir faire, une certaine compétence et la puissance d’une organisation pyramidale. Mais bon, ça bâtit partout, et partout la nature disparaît à vue d’œil, coraux, grands fauves, etc. Faut dire, toute cette dynamique c’est guerrier, c’est fait pour en imposer aux autres, qui rechignent à suivre le mouvement.

Le monde est parfois sous des lois venant de gauche et d’autres fois venant des lois de droite, si elles ne viennent pas des extrêmes ou du Milieu, alors pas étonnant donc que ce soit assez chaotique, non ? on conçoit des lois, en fonction de cette figure exécutive en place. On ne conçoit pas les lois en fonction d’un bien commun bien compris. Mais doit-on concevoir les lois ou essayer de les rendre justes, au lieu de dures ? Duralex sedlex .

Où est la Loi Juste  ?

Juste juste

Quand on bricole, on est forcé de constater que rien ne peut se faire dans l’à peu près. Une pièce de bois, un carrelage, tout s’emboîte juste ou bien tout coince, même pour un millimètre. ça fausse tout, dévie ou ne s’adapte pas. Ce qui doit être plan ne peut pas être courbe et ce qui doit être courbe ne peut pas être droit. Il y a tout de même une marge d’erreur possible, mais qui ne peut se répéter sans s’amplifier.

Disons, que ce qui doit être juste provient d’un nombre exact, d’un mesure exacte qui ne peut être relative, elle est porteuse de sa vérité. La Vérité en ce sens supporte le Juste. Un nombre injuste est un nombre faux relativement à la vérité qui l’ordonne.

Mais bien évidemment, humainement il semble ne pas y avoir de vérité valable pour tous. On se retrouve donc avec un appareil juridique, une machine politique qui agit de façon complètement arbitraire, et déséquilibrée si on observe les effets, les inégalités, les disparités entre les nations, les régions, les villes, les castes, les classes, les professions, les revenus, tellement inégales que c’est sidérant. Face à tant d’écart entre les couches qu’il est impossible qu’elles se comprennent. Comment arriver à faire société dans ces conditions là ?

Les hiérarchies, les classes dominantes poursuivent un but que les populations ignorent, tout se jouant en coulisses. Les gens n’ayant droit qu’au spectacle pitoyable des beaux discours qui les endorment,  les rassurent, ou leur donnent des impressions d’espoir. On est happé par la mondialisation des tensions imbéciles qui règnent, ou par celle des marchandages, par les flots de demande fabriquée de toutes pièces et inondés par l’offre qui en résulte. Bref, le monde est pris dans son piège, et cette espèce de jeu trouble. Grisé par la masse d’informations, envoûté par la pléthore d’objets, prisonnier des modélisations du sens de l’existence qui luttent entre elles, selon leurs propres référents, langues, coutumes, habitudes, nécessités, vitalités. Sacré Bazar dans le Monde. Où trouver le Vrai non relatif dans tout Ceci ?

Pourtant, La nature s’offre en contemplation, et révèle sa Loi. Disons ses lois, qui sont sans faute. Et qui en plus d’être exactes ou véridiques, sont belles ou atrocement belles. La Beauté faisant entièrement partie du jeu, du grand Jeu, tout comme son opposé l’Horreur à l’autre bout. De même, la Vérité à une extrémité et la Fausseté à l’autre.  Il y a du tirage entre les deux.

Et nous là-dedans errants plus ou moins. Comme si jamais, nulle part, personne n’avait été en mesure de nous rendre ou nous informer de la moindre vérité, non pas relative mais d’un absolu où nous pourrions y puiser notre sens. Comme si un poison pouvait se confondre avec un médicament, même si on sait que c’est le dosage qui fait le poison ou le médicament, le dosage doit impérativement être Juste.

La loi, les lois sont censées être plus justes que les hommes, mais c’est aux hommes qu’on donne le pouvoir, qui imposent et dictent leurs lois. Sans doute nous serions coupables de paresses, de lassitudes, de peurs, d’ignorances, en déléguant ce que nous avions à assumer, ce qui effectivement est une rude épreuve, que celle de vivre et de tenir debout.

Bon le monde tient debout quand même par tous ceux qui le sont. Ça nous permet d’éviter le pire.

Excusez, si j’ai été un peu long, ce n’est pas en un Haïku qu’on peut démêler cet imbroglio qui empoisonne nos existences, comme cette Justice plus ou moins aux ordres des Politiques & des Economies.  Qui ne devrait ne pas l’être du tout, mais n’obéir qu’ à Qui est Juste Juste ! 

Alors là …

Quoi ?

Qui ça ? Qui règne ici ? Quelle force domine tout, impose sa loi ?

Ce n’est pas la Loi Juste qui décide et tranche, ou oriente les actes ? Mais alors tout, absolument tout déraille et se corrompt, dès lors que la Loi est un instrument dans des mains d’ hommes. Qui se servent de la loi comme outil de puissance et non comme outil de justice.

Il n’est pas possible que la Loi soit injuste, mais que les rois le soient c’est plus que certain. Rois humain…Rois inhumains.

La loi doit être connue. Tout comme tout le monde connait la loi d’amour, ou la loi de vérité et de beauté.

On tombe sur la notion de croyance. Et de volonté, de conflits entre les volontés qui  luttent et  veulent imposer leurs croyances, leurs esprits et leurs visions du monde.

Faire croire que … Au lieu d’éclairer. Il y a une tromperie à la base. Parce qu’il n’y a pas d’égalité entre les hommes, ce n’est pas une raison pour qu’il y ait des injustices, des déséquilibres déments, des situations infernales pour certains et des paradis dorés pour d’autres.

Dans ces conditions on laisse la souffrance aux plus faibles. On est carrément hors la loi.

Bon, mais qu’est-ce que la Loi ? ça fait longtemps … je m’en souviens, je me disais… la Loi ne peut pas s’écrire, elle est invisible, indicible, elle ne peut que se retrouver écrite que sous forme symbolique, métaphorique, gravée dans le bois, illisible mais accessible à tous. En somme la loi c’est la pensée ou la volonté de Dieu ou des hommes à travers Dieu, des Dieux que sont les hommes.

Hé bien on n’y est pas. La loi telle qu’elle est, n’est une immondice au service des pires bassesses. Faut-il y voir une ironie du destin ? qui en négatif nous oblige à réagir et nous réveiller ?

Ben dis donc, avant de retrouver un peu de justice en ce monde, il va y avoir du boulot.

%d blogueurs aiment cette page :