Quelle chute

Il faut des machines pour produire des machines pour produire quelques produits à peine comestibles et gavées des résidus de toxiques issus des chaînes de productions respectives. Cela fait des masses de produits impossibles à décomposer par la terre et la vie. Rien que cette vision des modèles et cette mise en abîme des processus qu’on tend à vouloir toujours amplifier dans un sens ne peut laisser aucune espoir. La terre ne peut survivre à cela, par ces déploiements des forces absurdes, l’insensé qui règne.
Serait-ce irréversible ?

Je ne comprends pas pourquoi c’est l’exécutif qui promeut les lois, les fait passer plus ou moins de force par les assemblées, ni pourquoi celle-ci sont deux au lieu d’une seule, comme si une seule ne suffisait pas. Alors que les lois devraient venir du peuple, être discutées, puis simplement l’exécutif veillerait à l’application des lois. Une fois celles-ci examinées en toute transparence et sincérité. Ce qui ne serait pas un rôle mineur, parce que forcément il y aura des mécontents, des frustrés, par exemple des gens qui ne pourraient profiter, et abuser des autres.  Il est impossible qu’il en soit autrement, disons d’un coup de baguette magique.
Ainsi, nous pourrions parler de démocratie, la voix du peuple étant la seule prise en considération pour établir quelques règles de vie commune et d’intérêts communs bien compris.
Il y a une ambiguïté évident dans le fait que le haut décide des lois à promulguer, il n’est pas dénué d’intérêts privés. Ce qui fait que la république est privatisée, (comme le furent les monarchies, théocraties, toutes issues des conceptions des monismes) et la lutte acharnée pour se trouver au sommet de l’État, quel qu’en soit la forme .
Alors qu’à l’inverse, devoir obéir à la conscience collective qui s’exprime, demande un certain sens du devoir, un sacrifice etc., un peu plus de vertus que d’imposer ses vues.
Il y a des préalables à cette inversion des pouvoirs, c’est ce fait d’éveiller les consciences individuelles afin que le collectif évolue dans cette conscience. Il s’agit plus que d’éveil des consciences, il s’agit de respect de celle-ci dans leur singularité.

C’est ce qui se passe avec les manifestations, mais ici c’est en fonction du négatif qui se profile, pas encore le Positif.  Celui-ci étant toujours très difficile à faire émerger et exprimer. Il s’agirait donc pour tous les peuples de savoir où se trouve ce positif censé se trouver en chaque être humain.  Celui-ci ne peut en aucun cas se trouver dans un intérêt privé ou clanique qui serait séparé des autres par cette absence manifeste de dialogues entre les castes. On en connaît les effets, la pauvreté qui s’instaure et se transmet, l’ignorance, les peurs diverses. Les névroses inguérissables.

Nous serions réduits à l’impuissance dans ce bal du monde.

Est-ce trop tard ? je ne sais. Les peuples et les armées marchant toujours au pas martial. Comme des automates ayant vidé leur vie.

%d blogueurs aiment cette page :