ordre en désordre

On nous présente toujours le personnage Jésus comme crucifié et on ne nous dit rien sur sa joie communicative, sa capacité à transfigurer le monde, à alléger les peines, consoler, éclairer et ressusciter les hommes, sauf par cette faculté miraculeuse, comme si c’était hors de notre portée. Et que nous devions en arriver à adorer l’homme qui peut et rejeter celui qui ne peut rien. Ce qui fait que le pauvre peut rester dans sa condition misérable et le nantis dans son beau palais, tout est dans l’ordre.

%d blogueurs aiment cette page :