Mystère et boule de gomme

Entre l’état d’homme et celui de femme il y a un fossé. En principe leur amour est cependant le même. Les femmes sont affligées par la mort de leurs fils ou de leur maris quand ceux-ci périssent sur les champs de batailles, les hommes sont affligés par autre chose. Je ne défends pas la guerre, mais quand celle-ci arrive elle ne laisse aucun choix ou presque. Les hommes sont censés y aller pour sauver leur femme et enfant, sauver leur amour au prix de leur vie. À supposer que ce soient ces motifs qui décident des guerres. Ce dont je ne suis pas convaincu. J’y vois des motifs beaucoup plus troubles, et des esclavages. Monde enchaîné à des objets de fascination. Forces issues des profondeurs dont nous ignorons tout ou presque. Poisons distillés dans les veines et qui nous poussent à des actes dont nous ne sommes que les pauvres pions sur un échiquier assez absurde, ou vide de sens.

La vie est sous cet angle aussi terrible que la mort.

Bon, les hommes qui meurent ont perdu leur vie. Les veuves ont aussi perdu leur vie. Homme et femme, selon cela,  n’ont pas la même vie ?

Pourtant, homme et femme ne peuvent être issus que du même être. Nous essayons donc par dessus toute souffrance de sauver cet Être en nous, chacun selon son rôle ou corps respectif, en composant une unité, tant bien que mal.

Ceci dit, un homme devient Homme par la femme et pour laquelle il se sacrifie. Et la femme devient Homme comment ? par quel don ? Je me pose plus de questions que de prétendre détenir une réponse.

Ce mystère de notre existence, de tout ce qui se trame en notre intériorité et extériorité est comme on dit, abyssal…

Nous ne saurions être de simples et complexes amalgames de cellules et de gênes, ce serait trop facile. Morceau de gomme pour effacer tout ça ?

%d blogueurs aiment cette page :