L’esprit de la science

C’est pour cela que Dieu s’impose, comme conception, indicible. Que cela relève de la transmission. Que ce n’est pas seulement matière, ni seulement esprit, mais que c’est source et centre, d’où tout s’ordonne et se fonde. Qu’il est strictement impensable que l’homme, l’individu, soit livré à sa seule détermination, sans référence d’aucune sorte, ou que celle-ci ne se trouve que dans le néant d’être. C’est à dire s’y perde, dissout à ses extrémités. Ce ne serait plus viable sur terre a fortiori.

%d blogueurs aiment cette page :