le plus vieux métier du monde

Non, ce n’est pas ce qu’on croit. Ce n’est pas un métier. Le premier problème des hommes c’est de couper les cheveux, non pas en quatre. D’abord, trouver une lame, quelque chose de coupant, de tranchant, afin de se raser, d’endiguer le flot ininterrompu des tifs et de la barbe qui ne cessent jamais, même chez les morts. Tout cela sans arracher ni tirer femme ou ma thèse par les cheveux. Imaginez, ça pousse sans fin, ça s’emmêle et abrite toutes sortes de parasites, de saletés, de puces, d’odeurs nauséabondes. Impossible à sectionner sans outil précis. Les hommes, guère plus bête que les singes capables d’inventer casse noix, perches de pêche, outils divers, ont sur toute la terre fabriqué ce biface de silex tranchant, dont personne ne connaît l’emploi exact, sauf que des thèses s’opposent.

Les hommes n’avaient rien de coupant sous la main de façon immédiate pour résoudre cette malédiction originelle, qui ne frappe nulle autre espèce animale.

C’est un peu comme les lapins. Si ceux ci ne passent pas du temps à ronger quelque aliment dur, leurs dents croissent et finissent par les entraver. Bref, si nous étions démunis de lame nous serions empêtrés dans nos poils, comme nous le sommes actuellement avec les algues envahissant les îles, ou les plastiques débordant des usines dans les mers.

Sauf que ces phanères nous collent à la peau, de même que si nous ne pouvions nous couper les ongles, cela deviendrait des griffes nous meurtrissant, nous blessant les pieds et les mains, cela horriblement.

Il est tout à fait possible que les premiers hommes furent très doux, mais nous étions surtout très nus à cause de cette couverture pileuse surabondante. Handicapés par notre corps. Le biface existe depuis des millénaires, et est universel chez les hommes. Est-ce que ce sont les écailles qui furent employées, ou le biface lui-même qui le fut ? Comment savoir et trancher ? Il est possible aussi que cet outil premier put servir d’arme. Mais cela suppose que de doux les hommes devinrent méchants et violents. Tout cela ne cesse de surprendre, si on compare les humains avec les primates qui sont très affectueux, mais ne sont pas affectés par ces problèmes de pilosité.

Il semble évident que le passage de doux à violent n’est pas évident. Surtout dans un monde assez cruel avec ses bestioles armées de crocs et de griffes, ses trompes et autres défenses, de mammouth exterminés.

Pourquoi ?

%d blogueurs aiment cette page :