La noce

Comment une matière morte pourrait elle engendrer un être vivant et pensant, aimant, qui a cette étonnante faculté de se pencher sur la nature de la matière ? Matière morte ou se mouvant dans n’importe quel sens incohérent, chaotique, ou immuable pétrifiée dans son corset d’atomes et d’énergies.

Il a bien fallu un certain souffle pour ranimer les cendres.

De même, un état n’est pas stable s’il n’est pas animé d’un souffle commun, d’une pensée commune et consensuelle. Il risque de se diviser en lui-même. Mais cette pensée, ces idées ou ces dogmes, ou idéologies, en gros, ces spiritualités doivent-elles être le fait d’une instance qui surplombe les hommes ou le fait de tous les hommes qui contribuent à la [pensée] commune ? Depuis quel fond ténébreux peut surgir une lumière ? Je ne crois pas que cela nous vienne des trous noirs éparpillés dans les univers mais plutôt de ceux que nous portons en nous. Le fond commun aux hommes étant dans la nuit de leur âme en quelque sorte.
Et pourquoi donc ce noir ou ce mauvais voyage, cette négativité serait elle plus forte que la lumière ou la douceur, les éléments de langage qui parfois nous éclairent ?

La terre est dans une phase critique, pour ne pas dire apocalyptique. Il faut sacrément mentir ou se mentir pour ne pas en reconnaître le moindre signe. Tous les ingrédients sont là, pour le meilleur ou pour le pire.

Quelle Noce …

%d blogueurs aiment cette page :