La carte

Le but de la manœuvre est de cartographier l’humanité, tout comme on le fait avec les mouvements d’avions, de bateaux, de nuages et des vents, des virus, des météores, des masses de poissons, des flux monétaires, et des indices afin de savoir et maîtriser les éléments et faire en sorte que les turbulences humaines restent sous contrôle, par conséquent les réseaux sont un paysage en temps réel des opinions, motivations, mises sous carte, scannées et informatisées, numérisées, et bien entendu tout y est désormais identifié. C’est dément. Parce que cela échappe totalement à tout le monde, même à ceux qui se pensent investis de pouvoirs, c’est comme un super ordinateur dont la programmation ne peut que poursuivre le but qu’on lui a assigné, mais qui se voulant par leurs concepteurs avoir un sens, une logique, est prise dans les propres pièges de sa conception initiale à sens unique.ou vérité unique, n’ayant par définition aucun sens verbalement.

L’un rejoignant le zéro en ses extrémités. Tandis qu’il contient l’infini en restant dans ses limites. Il demeure un point irréductible dans l’âme, inaliénable.

Nous sommes comme un infime être dans une immensité vacante, mais cet être infime envahit toute cette vacuité. Si nous l’effectuons avec rien que des vanités, comment allons nous trouver une demeure stable et pérenne en nous-mêmes et la moindre faculté créatrice ?

%d blogueurs aiment cette page :