Évolution / Involution

Il importe que nous évoluions. Mais si nous ignorons vers quoi évoluer, et pourquoi, que pourrions-nous espérer de bon ? Cette évolution ne peut-être que spirituelle, ce ne sont pas nos corps qui vont s’améliorer ou grandir, ou accroître leurs performances, les corps n’ont vocation qu’à se maintenir en vie, ce qui est suffisant. Ce qui nous affecte nous servant de leçon. De même que nos amours.
Nous ne sommes pas si évolués que nous pourrions le croire en fonction du spectacle qui s’offre sous nos yeux et donne cette impression de grandeur, par ces œuvres qui se présentent. Il demeure une somme de drames dont nous ne tirons pas les enseignements, avec ce que l’on connaît comme effets négatifs, comme si nous n’étions qu’un cancer de la terre, que nous détruisons et nous dans le même temps.
Le féminisme semble n’avoir rien à voir avec la question de l’évolution, ou du progrès de l’humanité. Et pourtant ça correspond.
Je me demandais en quoi ce féminisme est juste et en quoi il n’est pas juste. Faut-il que la femme se libère de l’homme ou faut-il qu’elle se libère de ses esclavages ? Simultanément faut-il que l’homme se libère aussi des siens, de ses chaînes ?
L’homme ne me semble pas devoir devenir femme pour évoluer. Tandis que la femme peut devenir homme, sans se départir de sa féminité. Si l’homme devient femme il perd sa masculinité. Disons qu’il l’enterre. Pour que l’homme évolue il doit exhumer sa féminité. Pour que la femme évolue que doit-elle faire ? Ici je pose que la femme aussi a besoin d’évoluer, si elle veut faire évoluer son homme.
Dans ces conditions, il est possible que l’homme et la femme se comprennent et se reconnaissent, ce qui serait un facteur favorable à leur union, un enrichissement de l’un et de l’autre. Inversement, dans le cas d’une séparation des deux sexes, nous aurons beaucoup perdu du sens et de l’intelligence du sens. Ce serait une terrible régression, une involution dans la boue matérialiste, machiniste, techniciste, nous serions prisonniers des monstres créés.
Remarquez que c’est un peu ce qui se produit dans ce temps des systèmes. Parce que dans l’amour et la liberté il n’y a pas de système, il n’y a que des acteurs libres et conscients.
On se réveille, c’est à dire on se souvient. À la fois de nos corps et de nos esprits. Ceci est certes un peu schématique, et binaire, parce que du ternaire, il est plus délicat d’en parler.

Tout ceci n’est peut-être pas très important, il y aurait selon certains des problèmes autrement plus lourds qui demandent à être résolus, et dont nul ne voit pour l’heure le moindre début de réponse.

%d blogueurs aiment cette page :