Complot, pas complot ?

Depuis le temps que des hommes veulent le pouvoir, tout le pouvoir sur les gens, les bêtes, sur tous les autres règnes, les choses n’ont changé qu’en apparence. Certes, la vitesse, la force ou la puissance de feu, de pénétration et de manipulation, tout cela a augmenté et recouvre la terre de façon globale.
Le pouvoir se veut total. Sans alternative. Une religion tolère une autre à condition qu’elle se soumette à ses croyances, comme un suzerain accepte son vassal. La catholique Romaine n’a pas changé d’un iota son dogme, sa base initiale. Elle est juste capable de recycler les autres vérités, les considérant comme mineures, peu dérangeantes car assimilées ou incluses dans le dogme initial. En politique ce sont les mêmes méthodes pour gouverner. On recycle les nouvelles tendances, écologies, féminisme, éthiques.
Ce sont des appareils de domination, ni plus ni moins.
Mais périssables comme toutes les machines. Malgré le mot «  le Roi est mort, vive le Roi ». Ils pensent que le règne est transmis indemne. Les règnes sont des formes de théocraties d’ordre électif. Le régime présidentiel n’échappe pas à la règle, il est comme une monarchie fondée sur les mêmes bases morales, les mêmes principes admis, de la ruse, du mérite et de la force.
Sûr de son droit le pouvoir sans aucun doute sait tout par sa police, ses instituts de sondage, police de la pensée, ses statistiques et ses prospectives.

Il sait de science sûre que devant se présente un mur. Et cela ne date pas d’aujourd’hui. Le club de Rome avait sonné le tocsin. En 1972.
C’est clair que toutes nos créatures, dépenses fortunes, actions nous conduisent à la ruine en passant par des chocs, conflagrations, pour les énergies, les sols, les ressources. Illich avait jeté les bases de tout cela, tout comme de nombreux auteurs savants. De même une fois la guerre froide terminée, une autre plus sévère s’amorçait. Choc pétrolier, choc des civilisations, des religions, et des idéologies.

Dans ce bouillon de culture, les états et les empires économiques n’ont jamais envisagé de perdre la main sur les événements. Épidémies, révolutions coups d’états, guerres locales, crises d’un bout à l’autre de la terre. Rappelez vous des Boat people. Remplacés aujourd’hui par les migrants naufragés en mer. Les peuples ne sont que des dégâts collatéraux des décisions des puissants, de leurs politiques, mêlées plus moins d’éthiques. Mais c’est le résultat des guerres de toutes sortes pour accroître la puissance au sein de la machine, le scientisme étant inclus dans ces guerres. De même que les doctrines religieuses, et les endoctrinements méthodiques, les soumissions des masses à ces notions. C’est banal d’écrire cela.

Comment voudriez vous que la Terre, corps naturel, puisse supporter les excès de tous les corps artificiel, les corps individuels ne cessant de dérégler la machine naturelle à leur avantage en faisant porter aux plus faibles le poids de leur erreurs. Par exemple on délocalise en Chine. Ou en migrant aux Usa au 19 ème siècle, donc ça date…

Mais tout a une fin. Les pouvoirs veulent donc imposer un nouveau modèle, gouvernement mondial, afin de mettre au pas les peuples, afin que le Système perdure. Et que dans ce système nouveau le Même esprit demeure.
Les apparences sont sauves.
Il n’est toujours pas question de Vérité. Mais de Puissance, sans plus.

%d blogueurs aiment cette page :