un monde en chaos ou non ?

Je trouve qu’on a une humanité en divorce pour tous, à peu près partout. De temps en temps, un chouia d’amitié, ou de fraternité, mais plus de surdité que de bonne entente, plus de folie que de sagesse. Pauvretés, sectarismes, armes qui prolifèrent, murs.>Les droits de l’homme ? ha, il y a un homme quelque part qui a des droits ? dans un monde courbe, il n’y a aucun droit. Dans un monde trouble rien ne va en ligne droite. si personne ne sait, ne franchit la porte étroite. tout reste pourrir sur place, le monde court à sa perte.
Frontières, états qui passent leurs temps à se nuire, au nom des intérêts nationaux, chaque peuple se permet des pillages, sur d’autres peuples plus faibles, et au sein de chaque ensemble , c’est le même topo. les malins surfent sur leur avance technologiques,leur conférant de la puissance et imposent leurs visions , même si celles-ci ne mènent nulle part, et n’offrent guère de bonheur. le monde reste frileux , repli derrière ses petites demeures, c’est le triste spectacle dune humanité sans ouverture vers une dimension supérieure cette dimension étant clairement exprimée à travers les formes artistiques, les talents incroyables qui s’expriment, mais sont réservés aux classes privilégies. On n’offre aux populations que des soupes, et affreux spectacles, renforçant hostilité et désespoirs, drogues et opiums
de tout ceci il en ressort une perte de sens, et des nombreuses crispations identitaires. l’humanité se trouvant dos à dos, ou plus exactement tournée vers le fond de la grotte, sans voir combien ses images ne sont que pâle copie du réel. le réel, c’est Soleil , Non technique
Et puis, le grave défaut du monde, se trouve dans cette immensité bavarde. Chacun y allant de son petit couplet théorique, stratégique, dessinant des plans sur la comète, mais en parfaite ignorance experte. beaucoup de bruit dans cette tour de Babel qui branle. Pour la simple raison que ces autres terres sont à la même échelle, elles relèvent de la même matérialité. Elle ne répondent pas aux questions des causes et des fins. ce sont des sursis pour se distraire en attendant la mort, et se donner l’illusion d’accroître son pouvoir.

En d’autres termes, l’humanité passe à côté d’elle-même, elle ne risque pas dans les conditions qu’elle se donne, de trouver les clefs, les lieux de son mariage. C’est à dire cette union première, essentielle. pour ne pas dire plus.

%d blogueurs aiment cette page :