Tout ou presque

Tout ou presque se résume
En ces petites choses
qui s’immiscent entre nous
ces détails légers qui nous plombent
des non-dits, des défauts, des lâchetés,
plus que le manque d’amour au fond.

Ce nous qui nous manque
relève de la pesanteur terrestre
des forces en jeu
au plus profond de cet inconnu
que nous peinons à penser.

Parfois, très rare , un film, un livre
ou une toile nous illuminent et nous révèlent
En quoi consiste la substance du doute.

Alors là, nous nous voyons séparés
Mais voyant cette brisure de notre être
Nous pouvons tenter ou espérer de passer.

Nous n’empruntons plus une réflexion ordinaire
sur le sens des choses
sur la nature de notre condition
sur notre état et sur ces carcans de l’histoire
et ses habits noirs.

(Bien entendu nous sommes très nombreux à recevoir
ces lumières parce que nous sommes nombreux
à naviguer dans le noir)

%d blogueurs aiment cette page :