Tohu Bohu

Échouer si près du but, ce serait horrible.

Le but ? Tout le monde semble si buté.

Oui, tout le monde campe sur ses positions. Personne ne lâche du lest. Les uns s’agrippent à leur étoile, les autres à leur classe ou leur caste, un autre fixe la croix ou psalmodie des chants assassins. Bref, le monde se dévore au nom d’un même Dieu que personne ne voit plus ou n’a jamais vu. Et pour cause. Comme tout le monde, il fuit les lieux maudits.

Personne ? Si, tout de même, mais ce n’était pas des hommes ordinaires et on ne les a pas compris. On a fondé des religions qui par leurs mots, obligatoirement furent en opposition les uns les autres .

L’opposition, la différence, qui devaient enrichir la connaissance sont venues faire obstacle à la compréhension et finalement nous montrent une chose : la faillite des hommes livrés à leur seul jugement .

Qu’est-ce que cela signifie ? C’est simple. Tout est lié. Le jugement, le regard de l’un est fonction du regard de l’autre et tout être est lié. Il appartient à la vie. Étant coupé, il appartient à la mort.

Entendez-vous ?!

Si vous vous entendez, vous entendez le nom du Dieu de l’autre, de même le vôtre. Sinon, même celui-ci vous laissera tomber. Il peut ça. Et vous passerez inaperçu .

Dieu partagé. Terre partagée. C’est la justice.

La guerre, comprend qui veut, c’est le chant du tréfonds , des entrailles de la Terre. Ce n’est pas à voir sous l’écorce terrestre , mais dans le fond sub-matériel, inférieur, les enfers. La guerre et la sexualité ont une base viscérale identique. Mars et Vénus .

Rien à craindre des enfers. Suffit de ne pas accorder une importance exagérée à leur voix.

Et surtout tourner son regard vers le haut, ainsi tout enfer est sans effet.

Ceux, qui comme Orphée, jésus, etc. les ont franchi ont accompli leur travail salvateur.

L’humanité « ordinaire », non spécialisée, non initiée ou non informée n’a pas à y aller. Si elle y tombe, y succombe, atrocement, sans que ce soit de sa faute, elle sera toujours délivrée. Les humains normaux n’ont donc pas à s’en pré-occuper.

Il suffit qu’elle vive sur terre la loi d’amour.(ex: Jésus ) qu’elle respecte la loi humaine si elle ne contrarie pas la loi divine, (ex : Moïse), qu’elle vive l’Esprit de la Lettre des textes sacrés de partout.

Et connaisse le chant du Tohu-Bohu .C’est la voix de la Terre ; et si vous aimez la musique, il y a un chant aborigène d’australie qui fait « chanter » ce MOT à leur instrument ; comme quoi, il n’y a pas que chez les hébreux qu’est apparue la « notion de chaos « .

Le but ? C’est un bon début : tou-bou. Tout de boue… alors debout… par les deux bouts … « parle debout » …

Quelle mascarade

Tout est factice dans les écrans, les émissions, les réseaux, la marche du monde qui se bat pour rien. Bal d’ignorance et de mépris, bal douloureux qui engendre maladie et misère. Drogues, empoisonnement du sang, alcools, stupéfiants, poisons alimentaires, radioactivités, polluants atmosphériques, travaux de forçats qui épuisent les hommes, tout cela sous l’ordre des mensonges officiels d’Etats se livrant à un guerre, partout, entre tous.

Guerre lisse et invisible. Du moins, en coulisse.

Guerre sous les masques.

Pourquoi est-ce ainsi ? depuis toujours les empires sinistres, générateurs de morts et de privilèges, monde complètement déséquilibré dans ces rapports de pouvoir inhumains, et ces dominations , peut-être est-ce la loi de la Terre, sa fatalité, mais alors il manque une dimension, un lieu ou une échappée , simple à comprendre , tout à fait intelligible : quoi ? cet univers serait pur diabolisme ? pure folie dans son être ? autant dire pur non-être avant d’être. Il ne se peut pas. L’harmonie ne naît pas du Chaos, l’harmonie peut passer par le chaos pour ses métamorphoses, mais ce n’est ni l’état initial ni l’état final. Disons, que l’état final n’est pas acquis , hein 🙂  et que l’état initial est oublié, égaré, perdu dans les brumes.

Si nous succombons, nous ne pourrons pas succomber davantage. Nous serons bien obligés de suivre le flux des choses qui vivent, même microscopiques et minimales.

Je m‘interrogeais sur le fait de (se) sauver sachant que nous sommes mortels, comme si tous nos envols étaient vains, comme si nos amours et constructions étaient destinés à péricliter de toutes façons, ou bien tellement relatifs qu’il est inutile de s’acharner et de vouloir, et surtout vouloir pour autrui, imposer, dicter.

Non, la seule chose qu’il nous est possible de faire c’est de déposer nos bagages et préjugés à la porte et d’entrer.

Tout est fait à cette heure-ci pour nous donner l’envie de la vie éternelle. Même en passant par le mal, ou à cause du mal, qui est en nous, et hors de nous, comme on voit toute la souffrance des gens et de la vie sur terre.

Bon, va falloir se soigner hein.  Retrouver sa liberté et sa voie. Surement pas en aggravant les maux, les mensonges et la mascarade.

%d blogueurs aiment cette page :