Sous la lumière

Sous la lumière de l’innocence, nous pouvons voir notre faute.

Plusieurs sens à faute. Faille, défaut, manque, péché, faiblesse, etc. plusieurs visages du mal que nous contenons innocemment, ou en toute ignorance et qui font que nous sommes ce que nous sommes. Nous venons de quelque part. Nous ne sommes pas sortis de rien. Nous procédons du Tout et le Tout nous fait défaut.

Comment penser sans trop de représentations clefs en mains ? Ce n’est pas notre faute si nous sommes nés sous ce continent porteur de ses mythes fondateurs. Mythe de Lucifer le plus bel Ange déchu transformé en Satan.

Difficile de voir Satan innocent. Mais Satan n’étant pas cause de lui-même dans sa chute, dans un sens il est innocent, mais pas dans un autre. Où pourrions-nous nous placer afin de voir où se situe la faute ? Seule la notre compte, seul nous pouvons nous racheter et ne plus succomber sous le poids de nos erreurs, manques, défauts, voiles posés sur la pureté et l’innocence, de ce monde.

Tout de même, les maux du monde nous disent quelque chose d’importance contre laquelle nous luttons et n’avons guère de choix. Contre nous-mêmes d’abord en nos faiblesses, pour ne pas aggraver notre état et conserver le peu de lumière en nous. Lutter aussi contre ce que nous croyons erroné et vide de sens, ce qui est la même chose, contre tout ce qui finalement nous rabaisse au lieu de nous élever.

Imaginons le pire, emportés dans un grand mouvement négatif, chaotique, il sera difficile de transmettre ce que nous savions, avions vu, vécu, et éprouvé durant notre existence. Il y a une perte possible de la mémoire et de la connaissance. Comme une pente que nous n’arriverions pas à gravir.

Nés dans un corps que nous pensons hasardeux, enfermés dans ce corps et nos pensées, comment cet état là aurait pu se produire sans notre chute ? la chute n’ayant pas pour objet de nous faire mal mais bien au contraire pour que nous resplendissions en Toute Connaissance des êtres et de la totalité, les uns pour les autres, ce qui rend les univers extrêmement Vivant.

Vous me direz que Lucifer aurait pu rester resplendir dans sa demeure originelle, mais ce n’est pas le cas pour nous envahis d’ombres.  (sauf si vous décrétez qu’ombre et lumière sont une seule et même chose, ont une source commune, de la même façon que vous penseriez le Soleil identique à la cendre)

Satan peut être un être d’Amour Pur. Et non plus cette image négative qu’on a voulu nous imposer, de façon univoque.

Ceci touche notre liberté. Pourrions-nous vivre privés de liberté ? Si nul n’est libre ? Ce serait un Chemin fermé.

%d blogueurs aiment cette page :