Sinécure

La hiérarchie sait attirer les meilleures têtes, les érudits, les docteurs, les diplômés, les ambitieux, afin de tenir les rênes du pouvoir et qu’elle se sente justifié dans sa position dominante. Pourquoi donc si tout était juste et bon, arrive-t-on à tous ces maux et malaises dans le monde ? Qu’est-ce qui cloche ? Alors qu’il est évident que la protestation des populations est grande, et non dénuée de fondements. Elle n’est pas instrumentalisée par des esprits pernicieux étrangers qui comploterait. Même si cette éventualité n’est pas à écarter. Ce qui cloche tient de façon tout à fait probable aux héritages historiques des puissants qui veulent conserver leur rang et la puissance.

L’exemple de Rome est édifiant. Il y eût un jour un messager anonyme, et discret, ne faisant nulle histoire, mais imprégna les consciences, avec des lumières renversantes, mises en pratique auprès de ceux qu’il rencontra. De quoi sérieusement remuer leur esprit et les vivifier. Comme une étincelle déclenche un brasier. Bref, tout ceci fut bel et bien repris en main par la curie romaine qui voyant son pouvoir vaciller et sa société s’effondrer sous les coups de boutoir qui ne pouvaient ne pas survenir dans cet état de décomposition interne à l’Empire, lié à l’incurie précisément des faiseurs de morales, et de mœurs. Comme un ver introduit dans le fruit. Il fallut donc changer le ver du fruit, comme on change d’habit. Mais surtout maintenir l’Empire, l’emprise sur les masses. On parle de la fin de Rome, mais celle-ci s’est continuée autrement. Demeurent les légions armées, la curie, les clercs, les dominants, et les clans de la cité éternelle, très enclos et très soucieux de ne pas se disperser, de ne pas être dissous dans l’insignifiance ou dans l’oubli.

Je m’étais demandé pourquoi saint Pierre était à Rome et non en Israël. Ce qui aurait été en apparence normal, vu que Jésus s’adressait à son peuple et non aux romains. Il y a là un bel exemple de recyclage, ou d’assimilation des paroles et témoignages. À propos de témoins, il fallut fonder tout cela sur des martyrs.  Martyrs effectifs plus que des témoins. On en perdit de vue donc l’essentiel du message. Malgré la résurrection, et les miracles.

Il resterait à savoir en quoi consiste le Mot essentiel de Jésus. Tout cela est passé et n’a plus la même importance, les blessures se soignent à la longue. Mais nous ne sommes pas encore délivrés du mal. La Pierre d’angle est toujours rejetée par ceux qui devaient bâtir l’Esprit humain, et qui firent de la politique cardinale à la place de spiritualité. Posant un Dieu surplombant les hommes au lieu de rendre dieux les hommes. Cette action demandant aux éventuels initiés plus de force d’âme que de leur dicter leur conduite terrestre, trivialement terre à terre.

%d blogueurs aiment cette page :