Remarque ceci

La connaissance est inépuisable. Je ne sais s’il s’agit de connaissance ou de savoir. Peu importe. Nous sommes tombés sur terre dans ce milieu à la fois hostile, et accueillant. Nous sommes fragiles et minuscules, souffrants de mille maux, et en même temps détenteurs – si on détient quelque chose – de logiques, de raisons, d’inventions, d’explorations de tous les recoins de la terre, des plantes, microbes, étoiles, quasar, et trous noirs. En somme on est bien bas, et très haut. Dans toutes les sphères où nous investissons nos recherches. Si tout cela pouvait être neutre, anodin, simple objet de curiosité, mais non, cela n’a pas été gratuit. Rien ne s’est fait pour la simple beauté du geste, ou l’amour de l’art. Même l’art est destiné à quelqu’un. Nul ne chante dans le vide ou juste pour chanter. Il chante au moins pour les oiseaux. Un botaniste allant au fin fond de l’Amazonie, quand celle-ci était encore vierge de la patte des européens, découvrant la montagne de plantes inconnues, était au service d’un roi, ou d’une assemblée savante, parfois opposée à une autre société savante concurrente. Les royaumes sont des machines huilées avec le temps, l’intelligence et la ruse des sujets. Comme on dit chaque peuple a son génie propre. Tout cela pour en arriver à notre temps présent comme si nous avions dû arriver ici. Probablement pour ensuite aller un peu plus loin.

Maintenant, savoir ce qui se passe, me semble impossible. Comme si tout se jouait dans l’ombre. Même les pouvoirs ne savent pas. De la même façon que les anciens ne savaient pas ce qui leur tombait sur le tête, syphilis, malaria, tuberculose, etc. et passèrent beaucoup de temps et incroyablement d’énergie à lutter contre ces forces là. De nos jours, les maladies ont d’autres formes, mais les pièges fonctionnent encore.

Dites, est-ce que dans ce jeu là, il nous arrive de nous rencontrer ?

%d blogueurs aiment cette page :