L’obligation

S’il y a quelque chose qui nous oblige, c’est bien l’argent. On sait pourtant que l’argent ne résout pas tout, mais sans un rond, nous ne pouvons rien faire. C’est un outil pour contraindre les peuples. Tous ses membres, qui subissent cette loi. Les entreprises, les communes, les états passent leur temps à courir après des sous, à vendre leur terres, à organiser telle fête ou autre chose pour remplir la caisse, pour pouvoir entretenir routes, ponts, réseaux d’eaux, etc. S’il n’y avait pas eu cette contrainte représentée par l’argent, qui  oblige à faire ce que nul  n’aurait l’intention de faire.

Il doit bien y avoir des actions que nous ferions sans être contraints, des œuvres d’art, des recherches, des soins apportés à ceux que nous aimons,  et dans les communautés toutes sortes de nourritures, et de travaux effectués en commun. Encore faut-il qu’existe une communauté d’hommes, prêts à se soutenir, et s’entraider dans leurs efforts.

Les échanges :  tout appartient-il à tout le monde ? L’argent s’avère être aussi un séparateur anonyme, un système, une machine automatique dont nul ne peut décider l’arrêt. Bref, une intelligence très artificielle & très abstraite.

Ce billet, pense-bête, pour se souvenir que tout le monde ne peut être éboueur, aiguilleur du ciel, ou chirurgien…

Billet pour dire aussi que courir après l’argent, pour ces états ces empires, ne saurait qu’aggraver les situations du monde, qui ne sait plus du tout pourquoi il vit, et quels sont les projets vivants, pérennes.

Tenez, cette intelligence artificielle, ces génies intellectuels qui sont derrière cette machine, celle sur laquelle je tape des touches, eh bien, s’ils avaient cette idée unique de rendre ce monde compréhensible pour tous et non pas de construire et fabriquer des robots inutiles et morts, morts comme des téléphones, du verre et des composants électroniques, objets sans humanité, ce serait en quelque sorte un début fabuleux.

L’inverse serait la fin, à cause de cette volonté dominatrice, ces pouvoirs volés.

 

%d blogueurs aiment cette page :