Les mots sur lesquels on achoppe

Prenez le mot bien. Là tout commence mal. Chacun est sûr de son bien et sûr du mal de l’autre. Ce qui fait que les hommes se renvoient des généreux paquets de boue au visage, de façon souriante ou parfois en montrant les crocs. Pas de souci.

J’aimerais pouvoir dire que tout est bien , tout est beau parfait merveilleux. C’est vrai, c’est ainsi mais uniquement si vous êtes à la place de dieux, si vous avez retrouvé votre siège dans ces hauteurs et horizons transcendants, délivrés, hors d’atteinte, pouvant poser un regard compatissant sur les pauvres hères des mondes inférieurs, qui ont cette impression de souffrir mais dont cette illusion tient à leur ego mal entretenu… ou leur esprit qui se crispe sur leur bouteille de vin ou leur mégot. Bref, le malheur du monde tient à si peu de choses.

Non sérieusement, l’homme est cet ange déchu, j’en sais quelque chose. Ce mauvais inguérissable, retors, buté, obstiné, volontaire. C’est un vrai poison pour la tranquillité des sphères nirvanesques ou vaticanesques . Un poison qu’il faut à tout prix éteindre ou étouffer, ramener à la raison. Vous ne voudriez tout de même pas que sur cette terre vienne un temps effectivement bon, un âge de lumière, qui saurait pourquoi il vit, pense , agit , aime, et déploie ses ailes , bref une terre qui aurait accueillit son dieu , et se relierait de façon toute à fait simple au cieux .

Voilà, c’est tout, c’est uniquement ce fil du ciel rompu qui nous sépare de l’universel. Mais que chacun dans son effort essaie de reconstruire ou renouer.
Dans ce sens où le fil est rompu on peut dire aussi que tout est mal et atroce.

 

3 Thoughts.

  1. Oui, sauf que le fil n’est pas rompu mais caché derrière les mentalisations de l’homme …ce sont ces mêmes mentalisations qui taillent les cheveux en quatre et qui divisent bien ou mal mais il y a un au delà, un par delà le bien le mal, qui lui sait, dans son intériorité, ce qu’est le vrai bonheur, ce miracle d’être réellement vivant,
    en cet instant présent

    • s’il n’était pas rompu il n’y aurait rien à dire, tout serait accompli et vous ne seriez pas là. mais enfin bon … il faut tout de même penser à le renouer . là, c’est tout le sens des œuvres, du bien. le mental est la plus belle des choses donnée aux hommes afin qu’ils réalisent leur transcendance. ce n’est pas une tare.
      les pauvres gens qui se noient doivent effectivement se demander quelle est leur défaut intérieur , les pauvres ne savent pas marcher sur les eaux ni franchir les murs.

  2. Ceux qui parviennent au « nirvana », redescendent aider leur frère. C’est le vrai acte de foi. Quant à ceux qui purifient leur cœur, en des lieux sacrés, ou dans les montagnes, contribuent, et nous sommes loin de comprendre ce phénomène, bien que la physique quantique aborde cela de plus en plus, à cette restauration des sphères terrestres. Sinon, je crois que ce serait déjà fini depuis longtemps.

%d blogueurs aiment cette page :