Le paradis

Le paradis

Serait-il entre tes cuisses ?

Pourquoi toutes ces morales, ces interdits, ces anathèmes, tabous débiles, jalousies, crimes passionnels, et prisons où les hommes s’enferment, puis où hommes et femmes finissent dans un divorce complet des genres, tout cela révélant quelque chose de mauvais dans les faits, dans les mots et les intentions scabreuses dictées.

 

À tel point que les formes en deviennent monstrueuses. Et les sociétés pétrifiées dans leur absurdes lois.  Pourquoi aussi ces obscénités qui ne sont pas celles des corps ? pas nécessairement.

Obscène, blasphème, où ça se trouve tout ça, pour de vrai ? Certainement pas chez les oiseaux.

Bon, c’est sûr, on est sorti des cuisses, on aspire donc à revenir d’où on vient en repassant par la cuisse. L’homme ?

2 Thoughts.

    • Nous connaissons le ciel peut-être grâce à la langue des oiseaux. La musicalité, la tonalité les rythmes, variations des formes et couleurs, et puis de façon plus rationnelle tout cet aspect de sciences qui nous donnent à penser, imaginer l’insondable profondeur des choses , n’est-ce pas ?
      etc.

%d blogueurs aiment cette page :