Évasion

Tiens tiens, tu veux t’évader ? Mais comment pourras-tu échapper à ton Je ? Ou ne serait-ce pas parce Je te manque que tu le cherches, à la mer, dans les airs, sous terre, dans tous les endroits que tu explores, toutes les expériences que tu tentes ?

Le Je porte un souvenir d’ailes. Peut-être de toutes les possibilités vivantes, sans rien de sinistre. Pouvoir, pouvoir être vivant, sans doute libre, sans retenir qui que ce soit ni quoique ce soit en otage.
En fait pouvoir poétique, onirique, pouvoir d’une plume sans limite. Je dis ça à la saison nostalgique des jours qui diminuent, de la mer qui s’éloigne. Et que nul ne rattrape en avion. 

%d blogueurs aiment cette page :