Elle ne manque pas d’humour

Elle ne manque pas d’humour la nature, avec ses légions de tartuffes et tyrans roulant en carrosses, ses avares et bourgeois à peine méchants sur les bords, ses rois Lear mort d’un éclat de rire, ses joueurs aux dés devant le toubi or not toubi, que c’est gai. Hamlet aussi est décidément trop drôle, et que dire d’Antigone, si légère et frivole ? Cela vaut pourtant la peine de savoir qu’il existe des lieux où l’âme est rassasiée de joie mais qu’ils n’ont pour l’heure pas de voix. Muets comme des arbres, debout, silencieux tels des condamnés tandis que ceux qui crient passent pour de fâcheux sujets.

Ce ne sont pas les idées qui sont mortifères en elles-mêmes mais la façon dont les hommes s’en servent et imposent leurs lois. Dans ces extrêmes violences qui toujours reviennent et pour cause, comment pourrions nous supporter de vivre dans la nuit la plus noire, sans flamme sage, sans sage femme accouchant de nos rêves et de nos raisons.

Voyez, la voie de l’homme passe par la femme et celle de la femme par l’homme et leurs destins se croisent formant une idée de Nature. Non, ce n’est pas la nature qui doit être divinisée (ou améliorée comme l’ont proféré les savants ) non, c’est juste l’homme qui doit s’améliorer. Et cela, si vous savez par quoi, dites le.

Hamlet aurait pu choisir d’épouser Ophélie pour venger son père. Mais il n’y aurait pas eu de pièce de théâtre, pas d’histoire, ainsi nombreux sont ceux qui n’en font pas, et néanmoins maintiennent leur vie. Sachant aussi qu’elle se perd.

La fiction négative sert de leçon, de garde fou, de piège à éviter, c’est tout. Donnant du sens à notre existence. De même les mots noirs, alarmants, ne sont pas pour se résigner à cette fatalité.

%d blogueurs aiment cette page :