Des égarements en masse

Comme si la terre était un musée, un zoo et non un lieu où les êtres vivants peuvent y vivre. Comme si la vie était un spectacle que nous pourrions voir derrière des vitres. Pauvre monde obsédé par le rendement, possédé par la possession, la stupidité touristique, la consommation frénétique ne remplissant pas le vide.
Que faisons nous donc sur cette terre ? maudite par nous-mêmes ?
Au lieu de consacrer du temps à la connaissance, nous le vouons à la possession,  à la possession de la connaissance aussi, qui nous prive de connaître.
Alors qu’il y a tout à découvrir, en plus de soi-même. Cela pourrait aller dans toutes les directions et remplir nos existences.

Mais tout ceci est-ce juste si le dire n’est pas le faire. Que d’égarements. Nous voilà au bord d’une folie.

Nous avons engendré des monstres dans nos machines et nos systèmes, qui ne sont guère que des machines démoniaques organisées en lois, administrations, conditionnements mentaux, réflexes, et poisons répandus en masse. Fil rompu d’avec la nature : Question du bien et du mal non résolue. Question du présent idem.

Dans le passé, il n’y a plus aucun mal. De même difficile de dire qu’il y en a dans le futur, seul le présent est « mal » par la conscience que nous avons, et qui nous vient du passé et d’un futur incompris, impliquant les choix du présent.

Fil rompu, ou devenu inaudible, plongé dans les eaux noires de l’oubli.

Que sommes nous parmi ces milliards d’existence qui nous précèdent, ces montagnes de souffrance, et de navigations sur ces eaux tumultueuses, usines, guerres, famines, vies écrasées sous les cendres. Dans ces chaos de roches, qu’avons nous donc à réaliser et qui relève de cette dimension divine en nous,  de cette chair humaine qui s’ignore Lumière de chair.

Tout ce qu’on propose aux hommes est de les maintenir sous esclavage en leur donnant une pitance minimale animale, et encore … peut-être demeurés, murés dans un silence d’écriture, de signes muets, précipités dans une existence au temps perdu.

Il n’y eut peut-être jamais d’âge d’or , mais il y  a sûrement des âges noirs, de fer, et des âges douloureux, qui nous minent et ne nous sauvèrent pas, dont nous ne pouvions pas nous délivrer par nos seuls moyens, sans faire appel à des puissances extérieures. Sans la venue des anges ou des dieux messagers initiateurs.

Tandis que de nos jours des sortes de démons calculateurs ont des projets déments pour tout déshumaniser et tout dénaturer. Homme et Nature qui font une seule et même chose.

Voyez donc qui nous divise.

 

1 Thought.

  1. Vous ne pourriez pas éprouvé Cela s’il n’y avait en vous cet âge d’or… C’est cela votre Lumière. C’est Cela votre Appel intérieur. C’est Cela La Mémoire. C’est cela le retour. Nous sommes tous liés, règne minéral, règne végétal, règne animal. Tout ce que nous pensons, tout ce que nous disons, tout ce qui nous oriente, tout ce que nous accomplissons est à se voir en ce monde. Le monde est inversé. Il faut de nouveau revenir vers les vraies valeurs. Je sais que cela semble long et utopique. Pourtant, quelque chose se passe. Nous faisons avec nos petits moyens. Nous devons parvenir à L’Unité de Conscience.
    Bonne journée à vous en cette Lumière.
    Merci pour vos écrits.

%d blogueurs aiment cette page :