De la base et du sommet

Si la nature est la base, le sommet quel est-il ?

Non, il n’est pas dans les sommets des pouvoirs politiques, ou ces rencontres au sommet qui ne sont que des manipulations aux effets dramatiques, parce qu’ils sont dans le noir.

Le sommet, c’est cette idée de Dieu indicible, poétique, chantée, aimante, et lumineuse, parlant toutes les langues et exprimée sous tous les continents, sous toutes les formes que les hommes ont pensé et exprimé en vérité. Même le fétichisme est bonne pensée, sensée, même le naturalisme, ou l’érotisme. Tout est bon dans le jambon.

Alors le mal, les maux, c’est toujours quelque chose qui nous vient des profondeurs noires, qui est loin d ‘être absurde, mais qui serait plus ce nihilisme nous minant, si nous ne voulons pas en saisir le signe,

Forcément insaisissable.

%d blogueurs aiment cette page :