Ces trois fois rien qui nous angoissent

S’il n’y a plus rien,
plus rien entre nous, entre eux et nous,
entre les vivants et les morts,
entre elle et lui,
en moi, en toi
s’il n’y a plus rien en Nous,
parce que le Je n’est rien, que la mort n’est rien non plus,
tout cela, comme si l’âme humaine était anéantie,
parce qu’il n’y aurait plus rien entre le passé et le futur,
entre le haut et le bas,
plus de lien entre l’orient et l’occident,
plus de lien plus rien.

Mais ce rien donc nous emporterait dans son néant.
Du néant rien ne sort.
Mais non plus rien de ce qui Est ne peut s’anéantir.
Mais ce qui n’est pas peut succomber.
Voilà, le sens du salut de notre âme.

Songez simplement à cela, si vous êtes mort demain, mort totalement, vous ne pourrez en aucun cas rendre ce monde vivant, voir ce monde-ci ou aucun autre. Tout ce monde serait mort.

Maintenant, ce néant à propos d’univers.
L’infini se propulse dans sa boucle ou en dehors ?
S’il n’y a pas rien, si l’infini est fini, où va-t-il ? Si l’infini est définitif, il ne crée rien ne rajoute rien, il n’y a rien à rajouter, rien à faire.
Autrement dit le créateur ne créerait rien. Tout serait créé avant lui. il serait un sacré fait néant, il n’aurait rien créé de toute éternité. Tout donc ne serait que vaste Néant.

L’être ne se crée pas à partir de rien, mais comme nous, a parfois affaire à des riens, dont il n’a rien à faire.

Rien n’est impossible.
même rien si tout l’est.
Pourquoi exclure ce rien ? Mais bon s’y pencher, non c’est nul, y tomber, c’est le pire. Le Tout inclut donc ce Rien en dehors ou en dedans. le Rien exclut Tout.

Voilà l’idée c’est juste signifier que le nihilisme, ce n’est pas top. Que l’insignifiance non plus, que n’être rien ce n’est pas ce qu’il y a de mieux, sorte de fantôme inexistant, et par conséquent qu’il n’y a que le haut qui nous élève mais à condition d’y avoir accès et de voir.

« Rien » dès lors qu’il n’y a nul être, nulle vie ou nulle âme, silence absolu ou dispersion dans un infini, sans lien, sans mémoire. Bref… sans réponse, un univers sans voix, un univers sans âme.

Laissez donc, ce n’est rien.

%d blogueurs aiment cette page :