Tout recommencer

Ce matin, j’ai pris une bouffée d’air pur. Après avoir lu quelques articles sur ces ravages que font la guerre, sur ces morts et destructions, ces malheurs partout, je me suis demandé pourquoi tout cela. Nous avons la chance de ne pas être pris sous les bombardements, déchirés, accablés. Nous savons que depuis des millénaires les hommes ont passé beaucoup de temps à s’entre-tuer et les femmes à mettre au monde des enfants qui deviennent à leur tour victimes, ou facteurs de mort. C’est délirant. Tout cela au nom de quoi ? Cercles des vengeances inassouvies, des haines, où les hommes se croient autorisés à tuer, alors qu’ils ne font qu’aggraver leur chute dans ces gouffres amers, pour ne pas dire qu’ils s’anéantissent, ou retombent à l’état de poussière insignifiante. Nous sommes loin de cette idée de salut qui est censée diriger les actes, salut de ceux qu’on aime et pourquoi pas son propre salut.

Faut-il fermer les yeux et se dire qu’au bout de tout cela les hommes trouveront leur délivrance ? Comme si c’était le Chemin. Non, ce n’est pas possible, ces chocs ne sont que des impasses, et au bout, rien. Les hommes sont victimes de quoi ou de qui en fin de compte ? pauvres pantins vides dans leurs corps, âmes exsangues, et où la moindre lumière ne trouve plus de place. Flamme éteinte, toutes les violences des enfers peuvent s’exprimer. Les enfers, ce ne sont après tout que les forces naturelles des bas fonds, des entrailles, des zones naturellement dégradantes existant dans les volcans, les magmas et les soleils, avec une nuance de taille. Nous devenons pur objet, c’est à dire pratiquement rien, Nous aurions vécu pour rien, nos vies auraient été vaines.

Prenons les choses en sens inverse. Comme si nous étions des fleurs. Dans un ensemble harmonieux, où les conditions de nature sont difficiles, où il faut lutter pour vivre, mais où nous progressons, à la fois dans notre conscience et notre connaissance, et dans cette dimension supérieure, nous sommes comme celui qui grimpe sur une montagne et voit son horizon s’agrandir, puis retrouve la mémoire des Temps, et des êtres. Cela non plus n’est pas sans épine, de voir sa rose fleurir. Mais cette rose s’épanouit. Et diffuse son arôme.

Tout change. Il s’opère un renversement. De ces impasses que l’on refuse, on entrevoit un passage.

 

Chut

Le livre sous sa formule papier est à mes yeux plus valide que le format numérique, le livre ne consomme plus rien il se laisse consommer .  il a quelque chose de plus présent que ces pages électroniques qui nous font mal aux yeux . il se tourne dans tous les sens et on peut écrire dessus, annoter ou rayer , déchirer les pages qui nous déplaisent , bref, il est à nous. en main propre

Ballade dans un pays étrange

Hier, nous sommes allés à Thouars. Ville de la France profonde, rurale, chargée d’histoire.
Pour essayer d’animer la cité, une rue est dédiée à l’art, pas n’importe lequel, plutôt contemporain. Une chapelle également. Un artiste y est exposé pour plusieurs mois. Quel désert ! une œuvre actuelle, conceptuelle, mais d’une indigence effrayante ou prétentieuse, allez savoir ? un tas de cailloux pour exprimer l’histoire des carrières de pierres utilisées pour les ballasts des voies ferrées, une vitrine en contreplaqué pour montrer combien les vitrines artistiques sont vides, un rideau déchiré et un bloc de pierre dans la partie manquante, bref, très tendance… Tout ça pour ça ?

Je pensais que le monde était malade, gravement atteint, mais en fait je crois que le monde est paumé,  exprime effectivement sa déroute, ce qui n’aide pas à trouver des solutions.

La ville est intéressante, plutôt belle, le lieu est magique, le Thouet ayant creusé un méandre sur lequel les anciens avaient construit des châteaux, forteresses tour à tour détruites puis reconstruites, des églises porteuse des styles des différentes époques, bref, un trou paumé chargé d’histoire mais qui part en quenouille, sauf sur les bords.

eh oui, autour, c’est sûr ça s’active, ça brasse des tonnes de blés, des camions qui vont et viennent, des éoliennes, des champs de panneaux solaires, des silos, dans des champs sans arbres. Seule la ville est boisée. une espèce d’oasis au milieu des industries agricoles, ou productrices d’énergies. Une société organisée uniquement autour du travail et de l’efficacité économique. à tel point qu’il n’y a plus d’hôpital, ceci n’étant plus rentable etc.

Est-ce bien raisonnable  ? P1060848

De même est-ce sage de concentrer et mettre en avant à ce point des arts qui sont carrément l’opposé des arts traditionnels, ce qui peut se comprendre comme rejet d’un passé aussi faux , aussi paumé que le présent ? savent-ils au moins qu’ils sont aussi égarés dans cet univers ? ou bien font-ils de leur égarement le tout de la vérité ? comme si l’absurde ou le néant était la seule voie ?

Décidément il  manque une dimension à notre existence.

Quelle mascarade

Tout est factice dans les écrans, les émissions, les réseaux, la marche du monde qui se bat pour rien. Bal d’ignorance et de mépris, bal douloureux qui engendre maladie et misère. Drogues, empoisonnement du sang, alcools, stupéfiants, poisons alimentaires, radioactivités, polluants atmosphériques, travaux de forçats qui épuisent les hommes, tout cela sous l’ordre des mensonges officiels d’Etats se livrant à un guerre, partout, entre tous.

Guerre lisse et invisible. Du moins, en coulisse.

Guerre sous les masques.

Pourquoi est-ce ainsi ? depuis toujours les empires sinistres, générateurs de morts et de privilèges, monde complètement déséquilibré dans ces rapports de pouvoir inhumains, et ces dominations , peut-être est-ce la loi de la Terre, sa fatalité, mais alors il manque une dimension, un lieu ou une échappée , simple à comprendre , tout à fait intelligible : quoi ? cet univers serait pur diabolisme ? pure folie dans son être ? autant dire pur non-être avant d’être. Il ne se peut pas. L’harmonie ne naît pas du Chaos, l’harmonie peut passer par le chaos pour ses métamorphoses, mais ce n’est ni l’état initial ni l’état final. Disons, que l’état final n’est pas acquis , hein 🙂  et que l’état initial est oublié, égaré, perdu dans les brumes.

Si nous succombons, nous ne pourrons pas succomber davantage. Nous serons bien obligés de suivre le flux des choses qui vivent, même microscopiques et minimales.

Je m‘interrogeais sur le fait de (se) sauver sachant que nous sommes mortels, comme si tous nos envols étaient vains, comme si nos amours et constructions étaient destinés à péricliter de toutes façons, ou bien tellement relatifs qu’il est inutile de s’acharner et de vouloir, et surtout vouloir pour autrui, imposer, dicter.

Non, la seule chose qu’il nous est possible de faire c’est de déposer nos bagages et préjugés à la porte et d’entrer.

Tout est fait à cette heure-ci pour nous donner l’envie de la vie éternelle. Même en passant par le mal, ou à cause du mal, qui est en nous, et hors de nous, comme on voit toute la souffrance des gens et de la vie sur terre.

Bon, va falloir se soigner hein.  Retrouver sa liberté et sa voie. Surement pas en aggravant les maux, les mensonges et la mascarade.

Il y a des jours où ça nous revient

Ça, ne se trouve dans aucune formule toute faite. Ça, c’est comme une intuition sur sa vie, sa mort, sur ce qui est, sur ce qu’on sait. Le miracle, par exemple.

Le miracle est quelque part le fait que l’immensité, le grand, la totalité est potentiellement consciente d’elle-même, elle se sait elle-même dans le petit, dans le presque rien, l’insignifiant qui à partir de si peu se recrée.

Si nous sommes en ce lieu de mortalité, c’est à dire de la nature, lieu provisoire et providentiel, ce n’est pas par hasard, ni pour rien, c’est pour nous. Et accroître en nous cette possibilité d’être, ce n’est pas pour mourir mais pour vivre nos transformations et évoluer. Mourir n’a aucun sens. La matière serait-elle mortelle ? non. l’Esprit serait-il mortel ? non plus, alors ce qui meurt ce ne peut être que la conscience, comme une flamme s’éteint. Entre Matière et Esprit il y a absence, vide, nul échange. Nous nous trouvons en proie à la matière seule, ou à l’esprit seul mais désolés. Comme si nous étions divorcés, séparés , sans jamais retrouver notre immortalité, ce que nous sommes.

C’est pourquoi la Parole est seule à même de nous ressusciter. Cela me semble comme l’histoire du Fils, dans cette humble crèche nature. 

Il n’y a pas d’autre croissance nécessaire que ce que nous accroissons de notre conscience, je crois 🙂

Une foule de questions

J’ai relu attentivement le livre de Karl Kraus : « Monologues du Râleur et de l’Optimiste ». On pourrait très bien transposer les questions invoquées dans son ouvrage relatif à la grande guerre, à notre époque calquée sur le même modèle honteux d’un monde en décomposition par le « haut » qui s’avère être le plus bas, l’ignoble, le pourri par excellence les tueurs qui règnent et génèrent une mort autour d’eux. Sacrificateurs, marchands d’armes, monde esclave de la machine et des techniques, même schéma, mêmes dogmatismes, et mêmes effets funestes.

Karl Kraus est remarquable du fait de son style et de la révolte qu’il exprime. Il ne pouvait avoir beaucoup d’amis dans son pays, du fait de tout ce qu’il y dénonce comme impostures et mensonges d’inhumanités.

Mais pourquoi donc ce monde semble aussi obstinément buté et buter sur ce mur d’incompréhension qui conduisent aux pires atrocités et aux morts qui jalonnent les routes, partout. Quelle misère et quelle souffrance, pourquoi donc tout ce malheur persistant ?

Voyez, je crois qu’il faut se tourner vers Dieu, vers la Beauté, la Vérité et vers la Vie, mais non seulement pour y accéder et y trouver son salut, mais aussi en sens inverse afin que vérité et vie s’installent sur cette terre maudite, et qui resterait maudite si cela n’est pas fait. Comme une descente de la lumière ici bas. Pourquoi la terre aurait elle été maudite ? Non, cela ne se peut, elle n’a jamais quitté les cieux, seul nous l’avons fait. Encore cette question de la chute, par conséquent. Chute de notre esprit, ou de notre cœur qui s’est fêlé ? comment savoir ?

Pourtant ne manquent pas les Œuvres d’art, les sagesses, les lumières, les savoirs et savoirs faire, les bons pains et bons fruits. les braves et les généreux, mais on dirait qu’ils se heurtent à une Terrible Fatalité, un mur sourd. Que nul ne peut franchir sans devoir mettre sa vie en jeu. Sachant le prix et le peu d’échos, le peu de chance d’être entendu et que cela produise son effet salvateur dans le monde.

D’ailleurs, un sauveur vient-il sauver le monde ou sauver ceux du monde qui lui firent la demande, l’appel au secours ? Il vient dans le monde pour sauver sa part de lui-même perdue dans le monde et sans laquelle il ne pourrait vivre non plus. Ce qui a pour effet de rendre au monde cette lumière vitale, sans laquelle tout meurt.

Tout dérape, économie, écologie, folie.

Reprenons

Reprenons dans le calme. Qu’y a-t-il ? Que voit-on ? Qu’est-ce que ceci, ce phénomène, ce vide devant nous ? Pour sûr dès que nous sommes mal ou malade nous ne voyons rien, rien ne se présente qu’une sinistre farce, pleine d’effroi. Rien ne nous parle, tout n’est qu’absurdité, souffrances qui s’achèvent dans la mort, où le seul espoir est de voir ceci se finir. Mais en réalité c’est faux. Nul n’aspire à mourir, ou à disparaitre, sauf si c’est pour changer d’état. Pour retrouver quelque part quelque chose de vivant. Comme un état antérieur, connu, un océan doux, une vie qui nous emporte et nous rend heureux. Alors le monde s’agite en tous sens pour recréer, retrouver cet état d’être, les évènements précédents ou leur lumière. Comme leur superbe. Au lieu de cette pitié, de cette chute vertigineuse nous laissant dans l’insignifiant, et dans le froid abyssal d’un univers muet et indifférent. Nous sommes là, loin de la merveille, même si nous savons que les choses et les êtres, en sont dotés sans limite. Pourquoi donc cette dégradation ou déchéance ? cette absence plus que parfaite des dieux. Et nous faisons comme si ils nous parlaient, alors que le mur est tendu inébranlable devant nous, sauf ces quelques illusions qui se nichent et nous font croire que. Ce ne sont que des coussins confortables pour mieux dormir, des opiacées, ou du shit, des alcool qui nous anesthésient, parce que le réel est terriblement implacable et exigeant. C’est dans cette liberté qu’il est le plus difficile de se maintenir debout, et d’assumer tout. Tiens, comme une figure de proue sur un navire essuie la tempête. Mais où chaque membre d’équipage aussi assume son rôle, du mécano dans les soutes au hunier sur son mât, ce n’est pas de la tarte. Et puis combien parmi nous tombent à la mer ? Combien arrivent au port de départ ?

Alors quoi ? Ce monde ces univers seraient le fait du vide ? du Néant le plus noir, d’une Matière noire d’une énergie aveugle flambeuse des âmes ? incroyable …

Ben non tu vois.

Mais grâce à qui as-tu pu voir ?

Quand même, la terre n’a jamais été jetée entièrement dans le noir le plus complet, il y a toujours eu des veilleurs et porteurs de bougies et parfois des soleils.

Ainsi donc… reprenons le Chemin. Il n’y en a pas cinquante, hein. Ceux du passé, n’éclairent pas ceux du présent, Il se reforme sans cesse devant nous, nous n’avons que cela à accomplir en fait, c’est à dire regagner Ce lui que nous fûmes. Le rachat tout simplement. Au prix qu’il faut. Et ce n’est pas aux épiciers de fixer le prix de votre vie.

Alors, savoir que c’est nous aussi qui donnons vie aux dieux et aux anges. hé si !

Comme si le fait d’être un robot au service allait pouvoir faire vivre un dieu quelconque, hé non ! Il ne veut pas d’ esclaves, il y en a déjà partout. 🙂

 

Sacré

Consacré

Sacré cul

Sacré fumier

Mot sacré

Massacré

Sacré menteur

Sacrement

Quel encrassement dans le moteur

Des Temps

Si Tout n’est pas sacré

La Terre sa Pensée, son Corps, sa Lumière,

Les Hommes qui forment son Cœur

Les bêtes qui firent l’homme

Les arbres qui s’animèrent

les Champignons vénéneux vénérables

Les bactéries qui Œuvrent dans les entrailles

La mort qui rénove les morts

Non tout n’est pas digne du sacré

Les différentes formes de néant par exemple

C’est à dire le rabais

Quand Tout doit tendre vers le Haut

Le léger l’évolué l’espérance vraie

Ou quelques choses comme ça.

Comme du bon pain, des belles chansons, des pièces de théâtre lumineuses et joyeuses, fortes, folles, des actes simples où les gens finalement se reconnaissent, sont empreints de gratitude.

Voyez pourquoi un jour il y eut une séparation, nous avons dû quitter les cieux et oublier, tomber dans ce coma, dans l’épaisseur obscure des mondes inférieurs, nus comme des vers, ayant tout de même des étoiles la nuit  pour nous indiquer combien nous avions perdu. Et donc sur quelle étoile nous posons nos pas pour ne pas nous tromper ?

Rien n’est simple à dire : Si nous sommes libres, c’est parce que nous avons choisi de l’être face à Ce qui nous devança et donc …

Où aller ?

Qui donc la connait ?

Probablement tout le monde. Mais qui donc la vit véritablement ? Là, il y a sûrement moins de monde. Ne parlons pas de ceux qui ne la connaissent que sous l’angle des mondanités, des frivolités, de la vie comme si venir sur terre était une sorte de voyage organisé pour visiter le grand canyon, arriver vide et repartir aussi vide, existences vaines. Néanmoins, le malheur est là toujours prêt à dévorer sa proie et trouver ses victimes. Assouvir cette soif de pouvoir sur le plus faible, comme se hisser sur la masse, de façon démente, assassine bien sûr, puisque la masse est rien par essence, puisqu’elle est recyclable à l’infini, comme objet qui ne cesse de se reproduire et de survivre à tous les cataclysmes. Cynisme des puissants, double langage, et impuissance des populations face à ces violents.  Impuissance et sentiment de sidération, foules hypnotisées, subjuguées par les discours, par les partis, les œuvres imposantes, la grandeur effective des grands messes sonores, où résonnent comme dans des cathédrales la voix de ceux qui dictent leurs opinions, leur subjectivité, et égo enflé. En imposant aux masses.

Connivence donc de toutes ces armées en vue de quel projet planétaire ? Il semble que la notions de lutte est la première donnée, lutte implacable entre tous, seigneurs, princes, chefs, et de proche en proche inonde tous les niveaux, toutes les branches de l’arbre. Tout le monde est au fond d’accord pour lutter sauf ceux qui sont déjà vaincus et par conséquent la vie leur échappe. Ils sont au fond éteints quelque part, ou bien ils ont renoncé à ces engagements quelconques, épuisant et troublant forcément : La vie ne saurait être de tout repos. Le paradis le serait peut-être, et encore, avec sa face inconnue, sait-on jamais si les élus, les bienheureux sont vraiment au repos et rien qu’au repos éternel ?

Bon, ce qui est laid, atroce, injuste, écœurant, parait radicalement autre que ce qui est beau, doux, juste et inondant notre cœur d’un feu amoureux.

Alors question. Est-ce que les motivations des hommes sont toujours en vue de faire fleurir cette face du jardin ? Jardin qui a priori n’appartient à personne, si ?

 

%d blogueurs aiment cette page :