En deux mots, Dieu

Dieu ne fait ni bien ni mal, il a les deux, il contient les deux, comme deux forces qui ne sont pas antagonistes, mais tiennent les univers dans un équilibre, et qui en elles-mêmes ne sont ni bien ni mal. Ne vouloir ou ne penser que selon l’ordre du bien, ou croire l’univers uniquement sous l’aspect mauvais, fait que nous passons à côté de la vérité.

Cependant, des deux forces l’une doit l’emporter sur l’autre. Vous savez très bien de laquelle il s’agit. Emportés par la négative, nous nous abîmerions, ce serait fini. Nous serions perdu, et comme on dit condamnés. Quelque part ce serait la défaite de Dieu, et des hommes, causée par leur mauvaise volonté et leur entêtement.  Bien sûr que le bien doit triompher du mal. Ce n’est pas à proprement dit la morale qui va nous donner les moyens de sortir vainqueur de cette lutte. Nous ne pouvons que faire appel à notre propre force pour endiguer et terrasser les démons, qui ne sont que des figures élémentaires, mais inévitables, inhérentes aux univers, indispensables, mais qui ne doivent pas nous faire succomber.

C’est pourquoi nous ne pourrons rien comprendre, nous ne pourrons nous en sortir si nous abordons les choses sous l’angle d’un matérialisme politique ignorant d’un plan transcendant, ou pour le dire plus simplement d’un plan divin, dicté par dieu.

Bien entendu nier l’existence de Dieu n’est pas la meilleure des choses, pour la simple raison que cette croyance à la non-existence croit trouver une issue positive dans la mort, ou comme si la mort effaçait les déchirements de notre existence, comme si cela annihilait à la fois le bien et le mal.

Non, il y a quelque chose d’erroné dans tout cela, parce que nos vies ne finissent pas mais empruntent d’autres formes, et se continuent avec les mêmes engagements, les mémoires et les luttes. Disons que nous irons ailleurs avec nos bagages.

Ce qui n’a pas été fait ci devra se faire ailleurs. Voilà pourquoi si nous sommes ici, c’est fonction aussi de ce qui a été fait ailleurs, en bien comme en mal. Et qu’il ne faudrait pas aggraver notre situation, en amplifiant les actes mauvais, c’est tout. c’est la seule morale que nous nous devons d’appliquer sur nous-mêmes, en essayant de la transmettre à ceux qui l’aurait oubliée.

Ce n’est pas tout à fait par hasard si nous sommes dans ce corps, dans cette condition étroite d’homme, corps conscient et inconscient, cette existence étant un outil qui nous permet de forger en nous un métal précieux.

Voilà pourquoi nous avons bien des difficultés dans ce monde.

Voici aussi pourquoi nous ne pouvons agir ni peser sur les choses si nous ignorons les plans et intentions que nous contenons dans nos profondeurs. Nous ne pouvons pas agir si nous ne prenons que les habits du monde, les chose sous leurs apparences premières matérielles, il manquerait une ou plusieurs dimensions.

de nos morts il ne sort

Partout la nature vivante, du plus petit des êtres au plus grand des mouvements, nous indiquait la voie. Mais nous, n’en faisons qu’à notre tête, sans savoir vraiment où aller ni que faire de notre temps, alors trop souvent nous le confions aux autres hommes, mais cela nous égare. De cela, nous devenons spectateurs passifs et victimes, des drames qui se jouent, croyant trouver refuge dans la puissance que confère l’argent, ou des lois, mais il nous manque une assise, la connaissance précise de notre fin. Dans ces conditions, l’errance continue, jusqu’au jour où tu tombes en panne, plus de sommeil, un poison qui te mine, le tissu chaleureux des amis et de la famille qui se disloque, le poids des jours qui deviennent insoutenables, pire que les nuits. Et tu vis dans le doute affreux de ton existence. À quoi cela tient, cette confusion, ce chaos organique douloureux ? sans doute au fait que nous ne savons plus quelle est la dimension, la grandeur effective de notre univers intérieur et de la nécessaire harmonie qui doit y régner, si nous voulons voir et vivre plus sereinement les choses qui nous concernent.

Tout cela pour dire que le petit a plus de poids qu’il ne croit, que ce ne sont pas forcément les conditions du monde qui font obstacle, s’il se donne la peine et la pensée de la transformation, en fonction des éléments vitaux qui s’offrent à sa conscience, et refusant les morts.

Celui qui règne

De_afLGX4AEiOMH

 

Qui règne dans ce monde, sur un tas de détritus, de cadavres d’atomes radioactifs, de corps maladifs, sur des cailloux et des anathèmes que se lancent les esprits désemparés et orphelins, ce ne sont pas les dieux, ce serait un règne odieux des prétentieux coupés des cieux. Cela ne se peut. Nous aurions dans cette hypothèse tragique tout perdu. Perdu toute parole qui nous anime, et nous révèle la voie et le sens. Nous serions fous au nom de la raison discursive, de constructions langagières hasardeuses,  fous et anéantis, retombés à l’état de rien, si cela se peut. Disons poussières, cendres.

Pensez donc le travail que devra accomplir la cendre pour s’humaniser, c’est à dire construire en elle tout ce processus laborieux pour retrouver la totalité de ses émotions, de ses amours vivants, de la beauté vivante présente dans toutes les formes et structures organiques pensantes, englobant les songes. Je suis en droit de croire que la poussière n’a nulle conscience active en elle-même, et par conséquent qu’elle n’existe pas. Si exister tient en premier lieu à la conscience de soi.

L’objet, la chose première n’a pas d’existence. Elle n’a d’existence que celle que Nous lui donnons dans notre conscience. Humainement, c’est du même ordre. Un homme rendu à l’état d’objet, indivisible, corps clos, n’existe pas. Tout juste s’il subsiste. Bien entendu du fait de ses contraintes existentielles, il est tenu par un minimum de relations avec l’extérieur, jusqu’à ce qu’il succombe à l’état de poussière, sans conscience et dans l’oubli de l’être et de toute existence.

L’insensé, c’est ce qui va en mauvais sens. Le sensé au contraire chemine dans le sens. Il n’y a pas de sens inné du sens, sans les liens acquis par la parole, le langage, par les parents, et les frères et sœurs, par tout ce qui est société et par l’esprit présent dans ces ensembles.

Le règne concerne donc la question de l’ensemble. Ce n’est pas un individu qui peut régner sur l’ensemble, ni l’ensemble sur l’ensemble des individus.

Le Roi est hors du monde et tient à chacun d’entre nous. Le règne est aux Dieux.

Ode aux dieux. Importance du chant, de la reconnaissance effective et de l’amour que nous avons pour Eux. Ce qui retombe en pluie sur les hommes, comme une bonne eau et nous fait croître.

Alors , la croissance n’est pas là où nous croyons. Là, il n’y a que pléthore, saturation de toxiques, et drames en séries sortie des usines du malheur.

%d blogueurs aiment cette page :