Petite marche sur l’eau

petit

Il est assez inouï de penser qu’un si petit puisse faire autant de choses néfastes, un peu comme un virus sur un corps . Aurions-nous l’intelligence d’un microbe ? qui affecte son hôte et le mine , sans se demander si cela peut aussi être sa perte . Dans ce cas , nous agirions comme des automates , guère plus responsables, ni conscients des maux qu’on engendre , mais ne vivant que dans le besoin, l’éphémère , le périssable .

Mais, il y a aussi l’inverse ….

%d blogueurs aiment cette page :